Ebios est un village autosuffisant et bio régénératif imaginé par Interstellar Lab et soutenu par la NASA. Avant d’être envoyé dans l’espace, un premier prototype pouvant accueillir des touristes sortira de terre dans le désert californien en 2021.

Ebios, un village « autosuffisant » et « bio régénératif » imaginé par les ingénieurs d’Interstellar Lab pour la Lune ou Mars, va tout d’abord s’installer sur Terre. En 2021, un prototype sortira de terre dans le désert de Mojave en Californie. L’objectif ? Tester les propriétés de ce village imaginé pour permettre aux humains de vivre dans des environnements hostiles.

Ebios est un complexe résidentiel d’une capacité d’accueil de 105 personnes et pourra accueillir des particuliers venus passer une semaine dans le village comme des touristes. Ses concepteurs prévoient de l’organiser autour d’une bulle qui abrite un bassin rempli de roseaux et de nénuphars. Un dispositif destiné à filtrer les eaux usées pour les réutiliser. L’eau sera également potable grâce à un système de capteurs semblable à ceux installés dans l’ISS, censé récupérer l’humidité, la sueur et la condensation. Quatre autres bulles entoureront ce point central. Il s’agira de serres de culture, un dispositif testé par la NASA en Antarctique, auxquelles seront rattachées quatre maisons.

Le Tourisme spatial abordable ?

Ces maisons construites par imprimantes 3D seront alimentées en électricité grâce à des panneaux photovoltaïques. Côté activités, les habitants ou vacanciers pourront s’occuper dans des salles d’entraînement pour les astronautes, des salles de sport ou de musique et des laboratoires de recherche. Le concept intéresse la NASA qui juge indispensable d’en tester ses fonctionnalités sur Terre, avant de l’envoyer peut-être dans l’espace. Selon Usbek & Rica, Interstellar Lab souhaite proposer des séjours au sein d’Ebios dès la phase d’expérimentation du village sur Terre. Une opportunité pour les touristes n’ayant pas les moyens de s’offrir un séjour dans l’espace, d’avoir un aperçu du mode de vie des astronautes.

Photo d’ouverture : Interstellar Lab

Hugo Pellegrin- T.O.M