Selon eux, la position dominante de certaines plateformes de réservation en ligne nuirait aux bonnes règles du marché.

Lors de la deuxième édition du Forum des associations hôtelières francophones des 6 et 7 octobre dernier, les professionnels des délégations française, belge, luxembourgeoise, québécoise et suisse ont ciblé les OTA (On-line travel agency). Ils considèrent en effet que les Autorités de la concurrence de chacun de leur pays tardent à agir face à la position dominante de certaines plateformes de réservation en ligne qui, d’après eux, étouffe la liberté d’entreprendre des hôteliers.

Alors que l’Union Européenne a légiféré pour une plus grande transparence du commerce en ligne, de son côté la communauté internationale revoit de fond en comble l’imposition de l’économie numérique. Le Forum estime urgent que les Autorités nationales de la concurrence prennent leur part de responsabilité, en interdisant ou en confirmant l’interdiction des clauses tarifaires imposées unilatéralement aux hôteliers, par les plateformes de réservation en ligne.

David Keller- Deplacementspro