Monkey Locky déploie dans les grandes villes des consignes de clés. Séduit, Carrefour a décidé d’en équiper tous ses magasins.

Les gardiens d’immeubles vont être désœuvrés. Fini l’époque où l’on déposait dans leur loge les clés de l’appartement pour que la femme de ménage, le plombier ou l’oncle de Tahiti puissent les récupérer en notre absence. Désormais, l’échange peut se faire à n’importe quel moment, grâce aux consignes connectées. Et, sur ce nouveau service, Monkey Locky a une longueur d’avance avec un parc de 110 machines. Son système est très simple. Le client s’inscrit en ligne, choisit le magasin proche de chez lui où se trouve une consigne, et se voit communiquer un code secret à composer sur un écran tactile (le boîtier est connecté via la 3G et la 4G) pour y déposer son trousseau. Puis il est alerté quand celui-ci est retiré avec le même code. Compter 4,90 euros pour une journée et 2,50 euros la journée supplémentaire. «J’ai beaucoup utilisé Airbnb et la question des clés était souvent un problème», raconte Cédric Schwartzenberger, ex-Capgemini et cofondateur en 2016 de cette société basée à Montreuil (93).

Les locations saisonnières, en plein boom avec la multiplication des plateformes, rendent ce service plus utile que jamais. Mais il existe bien d’autres cas de figure où la consigne de clés va nous faciliter la vie : les visites organisées par l’agent immobilier qui vend votre bien, la location de véhicule, les diverses prestations à domicile… Monkey Locky a commencé par installer son boîtier (fabriqué par un industriel français, chacun contient 15 emplacements) dans les commerces de proximité, cafés, laveries, bureaux de tabac, de préférence ouverts 7 jours sur 7. Et puis, miracle, Carrefour a contacté la société pour équiper ses magasins parisiens. «Cela leur apporte du trafic et des ventes additionnelles, ils veulent maintenant en avoir dans tous leurs magasins», se félicite Cédric. Les Points Relais et le groupe Louvre Hotels testent également le service.

Autre bonne surprise, les professionnels, pour lesquels Monkey Locky propose un abonnement et un paramétrage personnalisé, représentent 50% des 400.000 euros de chiffre d’affaires prévus cette année. Ce n’est qu’un début. Lyon, Marseille, Bordeaux et Lille vont voir fleurir à leur tour ces consignes, ainsi que plusieurs lieux touristiques. Reste un point noir non résolu : comment fait-on quand on a perdu ses clés ?

Christophe David- Capital