Face au Congrès américain, le géant de la recherche s’est défendu d’être un acteur déterminant du voyage, avec des arguments très discutables.

Un cadre de Google a minimisé son rôle dominant mardi, devant un comité judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis. Une posture que notre confrère Skift qualifie de « malhonnête ». « Les marques de voyages dépensent des milliards de dollars par an auprès du moteur de recherche, qui devenu opérateur de produits de voyage », rappelle le média américain.

Jamie Raskin, un représentant démocrate du Maryland, s’est adressé à Adam Cohen, directeur de la politique économique de Google, et a cité une étude Rand Fishkin de 2018 selon laquelle Google représente plus de 90 % du volume des recherches sur le Web aux États-Unis, et est donc un « quasi-monopole ». « Alors, félicitations pour cela, » s’est moqué Jamie Raskin, et a demandé si le géant américain fait toujours valoir qu’il ne s’agit pas d’un monopole parce que « la concurrence n’est qu’à un clic », rapporte Skift.

Une audition sur l’impact des GAFA

Adam Cohen, de Google, a répondu que la déclaration de Jamie Raskin était trop réductrice et que les consommateurs utilisent toute une gamme de services lorsqu’ils font des recherches en ligne. Où commencent les recherches de voyage ? « Par exemple, lorsque les gens recherchent des produits, une majorité d’Américains commencent leurs recherches sur Amazon « , a déclaré Cohen, qui siégeait aux côtés de dirigeants d’Amazon, de Facebook et d’Apple, également sous le feu des projecteurs pour des questions antitrust. « Lorsqu’ils sont à la recherche de lieux de voyage, d’hôtels et de compagnies aériennes, ils commencent par des concurrents spécialisés », soit des marques de voyage. « Je pense donc que le marché est beaucoup plus vaste que cela. »

L’audition a porté sur les plates-formes en ligne et sur l’impact de Google, Facebook, Amazon et Apple, sur le marché, l’innovation et l’entrepreneuriat. « La quantité de déclarations trompeuses et d’esquives que ces dirigeants ont pu trouver en argumentant contre leur emprise respective sur le marché était vraiment un spectacle à voir », ajoute Skift.

Contrairement aux arguments antitrust de Cohen, une étude d’Expedia, selon MDG Advertising, a révélé que 69% des voyageurs se tournent vers un moteur de recherche lorsqu’ils commencent à penser à un voyage.

Linda Lainé-L’Echo touristique