Les dépenses des touristes chinois, qui représentent une manne cruciale pour le secteur à l’échelle mondiale, ont baissé de 10 % par rapport à la même période l’année dernière. En cause : la baisse de la croissance chinoise et la dépréciation de la monnaie, notamment due à la guerre commerciale.

Le tourisme chinois représente 150 millions de vacanciers et environ un cinquième des dépenses touristique à travers le monde. Autrement dit, une manne cruciale pour le secteur. Alors, quand celle-ci commence à montrer des signes de faiblesse, les industriels n’ont d’autres choix que de sonner l’alarme.

Au premier trimestre, les touristes chinois ont dépensé 10 % de moins par rapport à la même période de l’année dernière, rapporte le « Financial Times », citant des chiffres officiels. Selon les analystes et les professionnels du secteur, le ralentissement économique et la dépréciation subie par le yuan ces dernières années –  notamment due à la guerre commerciale avec les Etats-Unis – sont responsables de cette baisse.

Paris à la reconquête du tourisme chinois

En conséquence, les touristes chinois se rabattent vers le tourisme intérieur ou des destinations moins onéreuses. Mais même le Vietnam et la Thaïlande, qui sont d’ordinaire des destinations populaires, ont enregistré un ralentissement du nombre de visites chinoises.

Forte baisse aux Etats-Unis

Pour d’autres pays, la chute est encore plus brutale. La Nouvelle-Zélande a ainsi enregistré 21 % de touristes chinois en moins au mois d’avril par rapport à 2018. En Australie, la baisse est de 6 %. L’année dernière, les touristes chinois en Australie avaient pourtant dépassé ceux issus de Nouvelle-Zélande en termes de dépenses, avec quelque 8 milliards de dollars déboursés pendant leurs vacances sur le pays-continent.

Les visiteurs chinois choyés par l’Ile-de-France

Du fait de la guerre commerciale, les visites chinoises aux Etats-Unis ont déjà baissé de 10 % en 2018, pour atteindre 2,9 millions de touristes. Cette baisse se poursuit depuis le début de l’année, rapporte encore le « FT ». La marque de bijoux Tiffany a d’ailleurs affirmé à ses investisseurs que les achats effectués par des touristes chinois s’étaient effondrés de 25 % au premier trimestre.

En revanche, dans les 20 principales destinations choisies par les touristes chinois – généralement proches des frontières chinoises -, dont le Japon, les arrivées ont progressé de 6 %. Mais la encore, c’est beaucoup moins que le premier trimestre de l’année précédente, où ils avaient enregistré un bond de 23 %.

Gabriel Nedelec- Les Echos