Des hôteliers du Cap d’Agde affichent leurs chambres au prix de 1000 euros sur Booking. C’est leur façon de dénoncer des commissions trop élevées.

Des hôtels du Cap d’Agde ont fixé leurs chambres à 1000 euros la nuitée sur Booking, pour inciter les clients à se détourner de la plate-forme. Ces établissements sont effectivement mécontents des pratiques du géant mondial, même s’ils ne peuvent pas s’en passer. Alors pour taper un grand coup sur la table, leurs directeurs ont fait exploser leurs tarifs sur la plate-forme, qui est devenue le premier marchand en termes d’audience dans l’Hexagone. Objectif : marquer les esprits, et inciter les consommateurs à passer en direct. Sur les sites des hôteliers, les prix n’ont bien sûr pas changé.

Au total, une quinzaine d’établissements de la station balnéaire mènent cette opération coup de poing. Sur Booking.com, une chambre au sein du deux étoiles Le Bellevue s’affiche ainsi à 1001 euros, pour la nuit du samedi 3 au dimanche 4 août. Nous avons voulu effectuer la même requête sur le site de l’établissement, mais nous sommes arrêtés au formulaire de demande de réservation (via Google Forms), qui semble hérité du XXe siècle…

Une opération limitée dans le temps

Nous sommes retournés sur Booking. Une chambre dans le trois étoiles La Grande Conque est vendue 1003 euros (première capture d’écran, ci-dessous). Mais l’établissement n’offre aucune disponibilité à cette date, en direct sur son site. A une date plus proche, soit pour la nuit du 5 au 6 juin, il est à 84 euros sur le site de l’hôtelier, et à 92 euros sur Booking (deuxième capture d’écran). Et pour cause, l’opération des hôteliers du Cap d’Agde couvre une quinzaine de jours, au coeur de la saison estivale.

« Nous menons cette opération du 1er au 17 août afin de dénoncer les inégalités de commissions pratiquées par Booking, nous a expliqué Frédéric Puech, directeur du Palmyra Golf Hôtel. Au Cap d’Agde, nous devons reverser une commission de 17%, contre 15% à La Grand-Motte. Le Mercure du groupe Accor, qui est à 100 mètres de mon hôtel, est redevable de 12%, quand je dois payer 17% ». Pour Frédéric Puech, c’est un « coup de gueule », un premier « acte symbolique ». « Nous espérons avoir le relais d’autres hôteliers ailleurs en France », ajoute-t-il, pour jouer l’union face au géant dont il reconnaît la force de frappe. « Nous serons plus forts si nous sommes 400 hôtels à mener une telle action » de majoration tarifaire.

La réaction de Booking

Interrogé par nos soins, le leader mondial Booking nous a transmis sa réponse, sobre et politiquement correcte, par mail : « Les consommateurs du monde entier utilisent Booking.com parce qu’ils ont accès à une multitude d’options en un seul endroit, le tout au meilleur prix. Pour les partenaires hôteliers, Booking.com est un réel avantage car ils peuvent s’inscrire gratuitement et atteindre les consommateurs du monde entier, ce qui les aide à remplir leurs chambres et gérer leurs disponibilités. Nous constatons que nos partenaires qui offrent des tarifs plus compétitifs sur Booking.com ont tendance à attirer plus de clients et à recevoir plus de réservations que sur leurs propres sites. » La plate-forme n’évoque donc aucune mesure de représailles à l’égard des hôtels du Cap d’Agde, qui torpillent sa promesse de « au meilleur prix »…

Linda Lainé- L’Echo touristique