Interview d’ Antoine Jouteau, patron du Boncoin

L’Echo touristique : Airbnb n’a-t-il pas pris le marché, même si HomeAway, Leboncoin et Booking sont très actifs ?

Antoine Jouteau : Airbnb est leader en audience. Nous sommes numéro deux, en contenu*, devant HomeAway d’Expedia (sur la destination France, NDLR). Environ 4,5 millions de Français partent en vacances avec Leboncoin chaque année. Nous sommes parvenus à ce résultat sans rien faire, ou presque, ce qui nous ouvre de belles perspectives avec les moyens que nous allons déployer.

Que déployez-vous ?

Il nous manquait le moyen de paiement. Nous l’avons ajouté il y a trois mois. 10 000 hôtes l’ont adopté, sur un total de 130 000. Nous ne forcerons jamais nos utilisateurs, qui peuvent toujours régler hors ligne. Nous aimons laisser beaucoup de libertés. En complément, nous avons besoin de communiquer pour expliquer ce qui nous distingue. Nous sommes très peu présents à Paris par exemple, mais fortement implantés dans le sud.  Nous allons bientôt prendre la parole à travers une campagne publicitaire, y compris à la télévision, notamment sur TF1. Le budget ? Nous ne le communiquons pas.

Vous jouez sur la French touch, d’autant que vous êtes surtout sur la destination France. Mais Leboncoin est norvégien, non ?

Nous nous sommes effectivement concentrés sur les usages des Français, dont les deux tiers des vacanciers partent en France. Si nous appartenons à un groupe norvégien (Schibsted, NDLR), notre siège est à Paris, nous avons versé 42 millions d’euros d’impôts au titre des revenus 2017. Note nationalité, c’est celle du pays où nous réglons nos impôts ! J’ajoute que nous sommes vertueux : nous sommes en conformité avec la loi Elan et le blocage à 120 jours par an, notamment.

Depuis la création de la rubrique « locations de vacances » en 2006, vous avez choisi de ne pas diffuser d’avis voyageurs, de manière assez dogmatique. Et demain ?

Nous n’allons pas recueillir des avis, mais nous ajouterons dans quelques semaines un système d’étoiles pour ceux qui ont adopté le paiement en ligne. Ce sera un vecteur de confiance. Nous répondons ainsi à une demande de plus en plus forte des consommateurs.

Comment vous ouvrez-vous aux professionnels ?

Nous sommes déjà ouverts aux professionnels, qui génèrent toutefois moins de 5% de nos 130 000 annonces. Nous avons rencontré des hôteliers, avec lesquels nos relations sont amicales. Nous n’avons pas signé de contrat, mais nous pensons accélérer.

*2,7 millions d’offres de locations de vacances ont été déposées en 2017 (+8,4%). En moyenne, les hôtes gagnent ainsi 936 euros par an (correspondant à 16 nuitées). 

Linda Lainé-L’Echo touristique