La startup MAANS (Music As A New Sense)a conçu un prototype de fauteuil musical immersif pour proposer des expériences bien-être autour de la musique. TOM s’est entretenu avec Victor Chevallier, Cofondateur de MAANS, pour connaître les ambitions de la jeune pousse vis-à-vis de l’industrie du Tourisme. La version de son fauteuil conçue pour l’hôtellerie verra le jour en septembre 2019.  

Pouvez-vous expliquer le concept de votre solution Senseat One ?

Nous avons développé un prototype de fauteuil pour proposer des moments ressourçant grâce à la musique. Le Senseat One est un fauteuil musical breveté en France et exploitable dans le monde entier. Équipé de deux haut-parleurs, le fauteuil intègre également un dispositif de vibrations dans le dossier. Cela permet de proposer une expérience de bien-être unique autour de la musique.

Avec Grégoire, l’autre cofondateur, nous cherchions à retrouver les sensations que procure une écoute musicale avec un casque audio, mais en s’affranchissant du support. De plus nous souhaitions positionner le produit comme une solution bien-être. Le fauteuil est apparu comme le support idéal. Grâce au design spécifique du fauteuil et à la technologie vibrante intégrée, l’utilisateur peut profiter de l’expérience sans avoir à monter le volume du son. Le Senseat One peut donc parfaitement s’intégrer dans un espace public comme un lobby d’hôtel. Grâce aux vibrations, l’utilisateur peut retrouver les sensations procurées par un concert.

Le Tourisme figure parmi vos marchés cibles, à quels segments de l’industrie vous adressez-vous et quel est l’intérêt pour ces acteurs de proposer votre solution ?

Dans le Tourisme, nous ciblons principalement les hôteliers, mais aussi les opérateurs de gares et d’aéroports. Le fauteuil permet par exemple aux hôteliers de proposer une expérience ludique et différente. L’objet est simple d’utilisation, il ne demande pas de compétences particulières et n’est pas réservé aux mélomanes, mais s’adresse à un public large. L’hôtelier peut ainsi proposer une expérience musicale immersive de détente au touriste. Dans les gares et les hôtels, le Senseat One permet principalement de répondre à la problématique d’attente à laquelle sont fréquemment confrontés les voyageurs.

Des hôteliers ont-ils montré un intérêt pour votre solution ?

Oui, notamment lorsque nous avons exposé sur le stand Accorhotels à VivaTech, plusieurs hôteliers se sont montrés intéressés. Nous avons également effectué des expérimentations avec deux hôtels, un à Lyon, l’autre à Paris. Les hôteliers ont trouvé l’expérience cohérente avec ce qui est proposé dans les lobbys d’hôtels. À noter qu’il s’agissait de notre premier prototype. Un des gérants nous expliquait que celui-ci prenait trop de place et que certains clients ne se rendaient pas compte au premier abord qu’il s’agissait d’un fauteuil musical. Des points pris en compte pour l’élaboration de la V2 du prototype dont le design répondra plus aux besoins de l’hôtellerie. Elle devrait être achevée dans le courant du mois de septembre 2019. Mais pour l’heure notre marché prioritaire est celui de l’entreprise, sur lequel nous positionnons le Senseat One comme une solution bien-être.

maans-prototype-senseat-one-salon-lounge
© MAANS
Comment assurez-vous la gestion des contenus musicaux diffusés dans le fauteuil ?

Il s’agit d’une tâche complexe que nous gérons en interne. Au départ nous souhaitions nouer un partenariat avec Deezer pour leur confier la gestion des contenus musicaux. Malheureusement, cela n’a pas été possible au niveau juridique. Nous avons donc nommé un responsable en interne qui s’occupe de gérer et mettre à jour les playlists musicales. À la manière d’une plateforme, nous achetons les titres que nous souhaitons diffuser ensuite. Chaque playlist est associée à un « mood » ou un état d’esprit plutôt qu’à un genre musical. À terme, nous souhaitons intégrer d’autres types de contenus audio. Certains hôteliers nous ont demandé s’il était possible de diffuser des informations génériques à propos du check-in ou les horaires du petit-déjeuner par exemple. Sur la partie entreprise, nous préparons également des playlists « bien-être » avec du contenu dédié à la méditation comme le chant des baleines par exemple.

Quels sont vos objectifs en 2019 et quelles évolutions imaginez-vous pour votre prototype ?

Nous débuterons la commercialisation du Senseat One en avril sur le marché entreprise. Notre objectif est de louer 40 fauteuils cette année. Ensuite nous adresserons le marché du Tourisme avec l’arrivée de notre nouveau prototype en septembre 2019. Quant aux évolutions potentielles, nous envisageons de permettre aux hôteliers notamment d’avoir la main sur le contenu à diffuser dans le Senseat One. Techniquement, cela implique simplement de créer une plateforme de gestion des contenus et d’attribuer des accès aux hôteliers. Avec les audio guides qui ont le vent en poupe, nous réfléchissons à l’intégration de tels contenus dans nos playlists pour le compte des hôteliers. L’implémentation de la commande vocale ou d’assistants vocaux au sein du fauteuil est également un sujet auquel nous réfléchissons.

Photo d’ouverture : MAANS

Hugo Pellegrin-T.O.M