A l’occasion du Marketing Day, une table-ronde réunissait OUI.sncf, Boursorama et Médiamétrie. Intitulée « La voix, nouveau porte-parole des marques », elle fut l’occasion de s’interroger sur l’usage des interfaces vocales en France et leur appropriation par les marques.

En exclusivité pour l’événement, Jamila Yahia-Messaoud, Directrice du département Consumer Insights de Mediamétrie, a révélé quelques chiffres sur une étude* sur les enceintes connectées qui sortira début décembre. Elle a rappelé que les enceintes connectées n’avaient fait leur apparition en France que récemment. « Le taux d’équipement en France s’élève à 5%, a-t-elle révélé. Mais 89% des interrogés disent savoir de quoi il s’agit ». Parmi eux, une partie en a déjà entendu parler, mais n’en sait pas plus. « Il y a encore un travail de notoriété à effectuer », a continué Jamila Yahia-Messaoud.

Des fonctionnalités de bases chez Boursorama

Claire Dutoit, Directrice Marketing Clients chez Boursorama Banque, a ensuite expliqué que sa société utilisait les enceintes connectées pour les fonctionnalités les plus utilisées. Ainsi, les clients de Boursorama peuvent effectuer un virement, consulter leurs comptes, partager leur RIB, bloquer une carte voire même faire une simulation de crédit. Tout cela sur Google Home.

Le conversationnel, un sujet important pour OUI.sncf

« Au-delà des enceintes connectées, OUI.sncf s’est lancée dans l’ère du conversationnel », a déclaré Pascal Lannoo, Directeur Customer Expérience Digitale de OUI.sncf. Pour lui, « Le conversationnel n’est plus un signal faible ». Mais le but n’est pas de faire du vocal pour faire du vocal. L’intérêt était plutôt de trouver un cas d’usage pratique pour les voyageurs. L’agence de voyage en ligne a donc travaillé sur des applications cœur de métier.

Les utilisateurs peuvent se renseigner sur les horaires des trains voire même en réserver un s’ils sont abonnés TGV Max. « Nous ne voulions pas créer une FAQ améliorée », a-t-il précisé. La démarche est celle de la simplification. Il faut selon lui être efficace car « le vocal est le canal de l’instantanéité, du temps présent ». Pour cela, la société a dû faire un choix : « Nous avons décidés d’être approximatif dans les horaires pour aller à l’essentiel. Quand un être humain parle, il ne dit pas qu’il va prendre un train à 10h07. Il ne faut pas chercher à retranscrire la navigation que l’on peut avoir sur un écran », a déclaré Pascal Lannoo.

Les usages en France

La Directrice du département Consumer Insights de Mediamétrie a ensuite expliqué qu’un tiers des individus interrogés dans l’étude dit utiliser la voix pour divers services. Deux tiers des équipés utilisent les enceintes intelligentes tous les jours ou presque. Ils l’utilisent principalement pour écouter de la musique ou consulter la météo, contrôler les objets connectés dans le foyer ou acheter des produits et services dans une moindre mesure.
« Il y a des changements d’usage, même si les enceintes permettent d’utiliser des outils qui existent déjà », a déclaré Jamila Yahia-Messaoud. Aujourd’hui, le taux de satisfaction est de 85% selon l’étude de Médiamétrie. Un tiers des interrogés considère les enceintes connectées comme de véritables assistants personnels.

La nécessité d’exister vocalement

Pascal Lannoo a mis le doigt sur un point important lié au domaine du vocal : Comment les marques peuvent-elles exister vocalement ? Selon lui, elles doivent réfléchir à leur voix et leur posture pour retranscrire leur personnalité. « Aujourd’hui, il y a les logos et la charte graphique pour reconnaître une marque. Demain, le challenge sera de transposer son identité à travers la voix », a-t-il complété.

Faut-il passer par un device équipé d’un écran ?

Selon Claire Dutoit de Boursorama Banque, c’est la convergence voix + écran qui a le plus de chance de marcher, particulièrement dans le domaine de la banque. « L’écran a un côté rassurant. Pour moi, il est indispensable au développement du vocal », a-t-elle conclu. Une idée partagée par Pascal Lannoo qui a fait référence au Google Home Hub et à l’Echo Spot, deux enceintes équipées d’écran. Selon lui, le couplage télévision + voix est notamment très intéressant.

Julia Luczak-Rougeaux- T.O.M

*L’étude «Enceintes connectées intelligentes » a été menée auprès d’un échantillon de 2100 internautes français de 15 ans et plus, dont environ 200 utilisateurs d’enceintes connectées intelligentes. Composé de 25 questions, il prend en compte les 7 modèles d’enceintes connectées intelligentes disponibles sur le marché français à ce jour.