Le groupe Expedia lance une nouvelle offensive dans la location d’appartements entre particuliers. Un marché en pleine ébullition, sur lequel les géants de l’hébergement en ligne se livrent une véritable guerre commerciale.

Expedia est loin d’être un novice en la matière. Le groupe revendique 1,8 million de locations saisonnières, à travers HomeAway/Abritel. Afin de poursuivre sur sa lancée, le géant américain a récemment acheté Pillow, une start-up qui aide les propriétaires et les gestionnaires de logements à louer leurs biens à court terme. Fondée en 2013 à San Francisco, Pillow a levé 16,5 millions de dollars l’an passé. Expedia a annoncé le même jour l’acquisition de ApartmentJet, une autre solution logicielle, créée à Chicago en 2016, pour simplifier la location de logements détenus par plusieurs propriétaires. Engagées à respecter la réglementation, Pillow et ApartmentJet permettent de limiter par exemple le nombre total de nuitées de location par année, et de savoir avec précision qui séjourne dans un immeuble.

Leur acquisition devrait constituer un coup de pouce pour le développement urbain de HomeAway. Il est d’ailleurs intéressant de noter cette volonté stratégique de grandir dans les villes, alors qu’Airbnb chasse dans les campagnes et les villages.

Des investissements « fondamentaux »

Les acquisitions de Pillow et ApartmentJet constituent des investissements « importants et fondamentaux », a déclaré Mark Okerstrom, président et chef de la direction.

« La demande de locations à court terme dans les destinations urbaines américaines a connu une impressionnante croissance au cours des dernières années, ajoute-t-il. Afin d’être en mesure d’offrir à nos clients ce qu’ils demandent tout en faisant la promotion de la location responsable, le groupe Expedia s’engage à fournir des solutions qui donnent aux propriétaires, aux gestionnaires et aux communautés urbaines le contrôle et la transparence sur les locations à court terme. »

Une bataille de titans

Expedia veut ainsi mieux concurrencer le leader Airbnb, mais aussi Booking.com qui poursuit lui aussi ses efforts de diversification en dehors du terreau originel de l’hôtellerie. Booking vient de lancer des outils à destination de ses partenaires proposant des locations de courte durée. Il est désormais possible de savoir qui réserve les hébergements, quitte à empêcher un client au comportement inapproprié de réserver ultérieurement.

« Avec plus d’un million d’hébergements uniques nouveaux (appartements, maisons etc), Booking.com investit dans la technologie, le marketing et l’infrastructure afin de concevoir des produits qui augmentent les revenus des gérants d’établissements », déclare Olivier Grémillon, vice-président de Booking.com, et ancien patron Europe d’Airbnb.