Les deux plateformes s’associent pour permettre aux locataires de sous-louer leur logement, sans entrer dans l’illégalité. Laurent Vimon, président de Century 21, affirme inventer un “nouveau concept” avec cet accord.

Alors que jusqu’à maintenant seuls les propriétaires pouvaient louer leurs biens sur Century 21 et Airbnb, les deux plateformes se sont associées pour permettre aux locataires de sous-louer leur logement, sans entrer dans l’illégalité.

Bien qu’interdite, la sous-location est largement pratiquée. Pour Laurent Vimont, président de Century 21 et invité de RTL Petit Matin, il s’agit de “rendre [cette pratique] plus simple et plus fluide”. C’est un “marché qui existe déjà”, il sera désormais “encadré correctement”.

Century 21 sera donc chargé mettre en place un bail entre le propriétaire et le locataire intéressés par cet accord. Airbnb doit trouver les hôtes et s’occuper de la “conciergerie” (remise des clés, liens avec le sous-locataires, etc). Le loyer sera ainsi partagés entre les différents partis : 70% de la transaction revient au locataire, 23% au propriétaire et 7% à Century 21.

Trois règles seront à respecter. Le propriétaire doit donner son accord, la sous-location ne doit pas excéder 120 jours par an, et le locataire n’a pas le droit d’encaisser plus d’un an de loyer.

Cet accord est pour le moment mis en place à Paris, et mais “plusieurs villes de France ont déjà demandé de pouvoir tester le système”, a expliqué Laurent Vimont.

Julien Sellier- RTL Petit Matin